• cheval camarguais, ville de bellegarde (gard)
  • detail tour de Ballegarde
  • toitures de Bellegarde
  • tour de Ballegarde
  • tour de Ballegarde
  • toits ensoleilles de Bellegarde

L'aqueduc romain de Bellegarde et d'Argence

Mentionné depuis l’an 640, l’ouvrage ne délivre ses secrets que depuis peu de temps...

Présentation de l’aqueduc

Haut de 1,70m sur 1,55m de large, il prend son captage à l’ouest de la ville aux environs du Mas laval, tout proche du site du château Laval. La source captée a été maintes fois canalisée depuis l’antiquité, preuve en sont les nombreux aménagements et canalisations de pierre, céramique et fonte présents autour de l’aqueduc.

De ce point c’est sous terre, sur plus de 4 km, que l’aqueduc prend la direction de l’est en longeant le piedmont de costière.

Il aboutit et disparaît à ce jour, dans un important bassin découvert en 2007 en limite des communes de Bellegarde et Beaucaire. La fonction de ce bassin reste pour l’instant indéfinie (on pense qu’il s’agit probablement d’un système de régulation ou plutôt de « tranquillisation » des eaux avant de les envoyer vers la partie aérienne du canal de l’aqueduc).

Au niveau de ce point, une dérivation de la canalisation prend vers le sud la direction d’une voie appelée « Draille des Arcs ».

Malgré cette appellation fortement suggestive, jusqu’en 2007 rares avaient été les vestiges trouvés qui confirmaient l’existence d’ un aqueduc. Mais en juillet 2007, tout se confirme par la découverte de vestiges d’assises qui laissent dès lors penser que l’aqueduc à ce stade serait, en canal aérien, supporté par des arches (probablement à l’origine du nom des lieux) de manière similaire à celles du pont du Gard, toutes proportions gardées bien entendu. Mais les quelques premières estimations suggèrent toutefois que c’est un ouvrage qui atteignait en certains points plus de 10 m de hauteur.


Aujourd’hui tous ces éléments semblent confirmer l’hypothèse selon laquelle l’aqueduc traverserait les anciens marais de la plaine du Rhône pour, 10 km plus loin, rejoindre la ville de Trinquetaille toute proche d’Arles. Quant à l’hypothèse d’une destination de l’aqueduc vers Beaucaire, émise initialement, elle se trouve de plus en plus infirmée, du fait de la rareté des vestiges, pour ne pas dire aucun, trouvés dans cette direction.

Si l’on retrouve les vestiges de cet aqueduc souterrain en divers lieux de la commune, la grande section présente dans le musée de l’eau est l’une des plus remarquable. Les arches extérieures installées à proximité du site ne sont quant à elles, qu’une interprétation, de ce qu’aurait pu être l’aqueduc au niveau de la draille des arcs. Estimé du 1er siècle , l’aqueduc aurait distribué l’eau Bellegardaise plus de 250 années. Empreinte de mains laissée dans le mortier par un « maçon romain »

Initialement appelé « Aqueduc des Costières », avec l’évolution des résultats des recherches menées et financées par la commune de Bellegarde et la communauté de communes « Beaucaire terre d’Argence » il a été décidé de donner deux appellations à cet ouvrage au tracé intercommunal en fonction du secteur traité : l’appellation « Aqueduc de Bellegarde » correspond aux sections de l’ouvrage situées sur la commune de Bellegarde et comprises entre le captage et le bassin de régulation. Elle correspond aujourd’hui aussi à la partie souterraine de l’aqueduc. L’appellation « Aqueduc d’Argence » qui a pour point initial de départ le bassin de régulation, comprend toutes les sections découvertes sur le territoire de la communauté de communes excepté Bellegarde. Elle correspond aujourd’hui aussi à la partie aérienne de l’aqueduc et se situe sur la commune de Beaucaire en lisière de sa frontière avec Bellegarde.

Données techniques

L’AQUEDUC EN QUELQUES CHIFFRES

  • Période de construction : : seconde moitié du premier siècle de notre ère.
  • Longueur (depuis le captage (Château Laval) au bassin régulateur (Valescure) : 5326m
  • Dénivellation : 20.36m
  • Pente moyenne : 0.38m/km
  • Section moyenne interne de la canalisation : 1.20mde hauteur sur 0.55m de largeur.
  • Surface maximum du cuvelage : 0.506m²
  • Débit moyen (en plein fonctionnement) : 150 à 200litres/seconde soit 12960 à 17280m3/jour.
  • Temps estimé de construction : 2 à 3 ans à raison de 10 à 20m d’avancement par jour.

L’aqueduc d’Argence (en cours d’étude)

  • Longueur estimée : 1615m (depuis le bassin régulateur de Valescure au Contrac)
  • Nombre de piles : 25
  • Dimensions moyennes des piles : 2.20 m de coté soit 7 pieds romains
  • Dimensions des contreforts (situés de part et d’autre des bases des piles et à raison d’1 piles sur 3) : 1.65m de large sur 2.20m de long.
  • Distance axiale moyenne des arcatures : 6.20m soit 21 pieds

publications


Téléchargez la fiche touristique de l’aqueduc antique


EN IMAGES...

La Commune

Evènements

Reportages

La météo...

En ce moment...

Température : 20°
Vent : NO à 0 km/h
Humidité : 79 %

Prévision

Temp. min : 15°
Temp. max : 27°
Beau (jour)

Demain

Temp. min : 13°
Temp. max : 27°
Ensoleillé

mentions légales | © 2009-2011 Mairie de Bellegarde | conception / réalisation : tripleXL